stagiaire 

 

Ahhh, cette période cruciale dans vos études où vous devez effectuer un stage afin de vous familiariser avec votre futur secteur et d’acquérir de l’expérience. Actuellement, je suis en plein dedans et je dois avouer que la recherche de stage, hé bien, c’est DUR ! Et encore le mot est faible…
Entre les nombreux refus identiques - ben tiens pourquoi faire compliqué? - les fameux « vous ne correspondez pas au profil que nous recherchons » ou bien encore les entreprises qui ne daignent même pas répondre, il y a de quoi baisser les bras croyez moi! Et chaque jour est semblable au précédent : on modifie un peu son CV (oui oui je sais utiliser Photoshop), on rédige une énième lettre de motivation ou pour les petits malins on modifie une des nombreuses lettres déjà écrite et HOP envoi. Et ensuite on attends, on attends, on attends…. Longtemps parfois…*soupir*

Et puis un matin en épluchant pour la centième fois monstage.be, on tombe sur THE proposition de stage. Oh oui vous voyez de quoi je parle ;) Celle où on imagine de A à Z notre parfait stage suivi bien entendu d’un emploi dans la boite car on nous a juste trouvé GE-NIA-LEDéjà dans l’annonce on sent que ce poste est fait pour nous: OUI je sais bien écrire, OUI je suis autonome et organisée et OUIIIIII je présente bien. Alleluia on a enfin trouvé ! Ne reste plus qu’à être retenue, en somme chose pas trop difficile puisqu’on a toutes les qualités pour ce poste. Hum hum et la modestie en prime!

Et c’est la qu’on commet l’erreur fatale que dis-je l’IRREPARABLE: se sous estimer! Dire qu’on pratique moyennement le néerlandais pour pouvoir épater notre interlocuteur en face to face? Fausse bonne idée ! Parce que oui on oublie trop souvent que certains employeurs  sont too busy et qu’ils vont simplement se contenter de lire notre CV sans aller plus loin… Et là, notre stratégie du « Less is more » tombe à l’eau comme le Titanic de Cameron.

Du coup, il y a de quoi se poser des questions. Et si finalement MENTIR était la solution pour parvenir à ses fins? Mmmh à méditer… En tout cas la prochaine fois c’est décidé : je parle couramment néerlandais, anglais et même russe tiens. Et si après ça je ne suis pas prise alors la je ne comprend plus rien ! ;)